« LE PROJET SUCRIER IVOIRIEN : ENTRE ESPOIRS ET PESSIMISME »

« LE PROJET SUCRIER IVOIRIEN : ENTRE ESPOIRS ET PESSIMISME »

SORO DOYAKANG FOUSSENY*
Résumé
Au début des années 70, la Côte d’Ivoire se lance dans un vaste projet sucrier à l’effet
de réduire sa dépendance en sucre envers l’Extérieur, supprimer les disparités entre le Nord et le
Sud en luttant contre l’exode rural. Si, en ses débuts, des résultats positifs sont enregistrés, le
projet sucrier connait très rapidement d’énormes difficultés liées à la mauvaise gestion, aux
fluctuations du marché international, aux facteurs environnementaux et au diagnostic erroné des
études de faisabilité. Face aux difficultés, l’Etat ivoirien opte pour la privatisation qui permet de
relancer la filière sucrière. Malheureusement, cette dynamique est stoppée par l‘éclatement de la
rébellion armée en septembre 2002.
MOTS CLES : complexes sucriers, marché international, développement régional, migrations,
mauvaise gestion, privatisation, rébellion armée.

Summary
In the early 70s, Côte d’Ivoire embarked on a vast sugar project to reduce its dependence
on sugar to the exterior, remove disparities between North and South fighting against the rural
exodus. If in the beginning, positive results are recorded, the sugar project knows enormous
difficulties related to poor management, international market fluctuations, environmental factors
and misdiagnosis feasibility studies quickly. Face difficulties, the Ivorian government opts for
privatization can boost sugar industry. Unfortunately, this process is halted by the outbreak of
armed rebellion in September 2002.
KEYWORDS: sugar estates, international market, regional development, migration, mismanagement, privatization, armed rebellion.

SORO Fousseny

" class="prev-article">Previous article

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *