LES RISQUES SANITAIRES ATTRIBUABLES AUX DÉCHETS SOLIDES ET LIQUIDES DANS LA COMMUNE D’ABOBO À ABIDJAN (CÔTE D’IVOIRE) – HEALTH RISKS ATTRIBUTABLE TO SOLID AND LIQUID WASTE IN THE MUNICIPALITY OF ABOBO IN ABIDJAN (CÔTE D’IVOIRE)

LES RISQUES SANITAIRES ATTRIBUABLES AUX DÉCHETS SOLIDES ET LIQUIDES DANS LA COMMUNE D’ABOBO À ABIDJAN (CÔTE D’IVOIRE) – HEALTH RISKS ATTRIBUTABLE TO SOLID AND LIQUID WASTE IN THE MUNICIPALITY OF ABOBO IN ABIDJAN (CÔTE D’IVOIRE)

Loukou Jean-Baptiste N’GUESSAN*, M. Della André ALLA**
Résumé
La gestion des déchets solides et liquides constitue un défi majeur à Abobo (une banlieue située au
nord d’Abidjan) où les pouvoirs publics et les populations éprouvent d’énormes difficultés à les
gérer convenablement. L’objectif principal de cette étude est de montrer la contribution de ces deux
types de déchets dans le développement des pathologies dont souffrent les populations. Pour y
parvenir, l’étude s’appuie sur les méthodes d’évaluation du niveau de salubrité et celle des cohortes.
Les résultats s’articulent autour de deux axes essentiels. Le premier axe concerne la dégradation
avancée du cadre de vie dont les indices varient entre 1 et 6.28. Ainsi, les déchets produits
prolifèrent avec acuité. Le second axe met en évidence les pathologies dites environnementales qui
se développent sur ces sites. Parmi les plus importantes se positionnent : le paludisme (28,10 %), les
dermatoses (18,37 %), les maladies diarrhéiques (16,05 %), la fièvre typhoïde (10,54 %), les infections
respiratoires aiguës (10,13 %), les parasitoses (9 %) et les autres maladies (7,81 %). Ainsi, les
liens déchets-santé s’expriment clairement à travers les valeurs du risque relatif (strictement
supérieur à 1) et des risques attribuables aux déchets. Par conséquent, les risques sanitaires
attribuables à l’environnement insalubre varient entre 26 et 47 %.
Mots-clés : République de Côte d’Ivoire, Abobo ; pathologies ; risques sanitaires ; déchets solides
et liquides

Abstract
The management of solid and liquid waste is a major challenge in Abobo (a suburb north of Abidjan) where governments and communities are facing enormous difficulties in managing it properly. The main objective of this study is to show the contribution of these two types of waste in the development of pathologies from which populations suffer. To achieve this, the study relies on methods for assessing the level of safety and that of cohorts. The results are based on two main areas. The first axis concerns the advanced deterioration of the living environment, with indices ranging from 1 to 6.28. As a result, the waste produced proliferates sharply. The second axis highlights the so-called environmental pathologies that are developing on these sites.

N’GUESSAN Loukou Jean-Baptiste

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *